Les huiles essentielles en toute sécurité

On lit absolument tout et n’importe quoi sur les huiles essentielles et, j’avoue, qu’il est parfois difficile de s’y retrouver. Dans cet article, j’aimerais aborder ce sujet, tout en vous rappelant que je ne suis ni médecin, ni aromathérapeute et que l’avis d’un professionnel de la santé primera TOUJOURS sur ce qui est mentionné ci-dessous. 

Je vous partage simplement mes découvertes, au fil des ans, et répertorie ici les informations reconnues au niveau des huiles essentielles.

7 règles de base

1.

La qualité des huiles essentielles que vous choisissez est extrêmement importante. On les veut absolument 100% pures, non altérées, modifées ou coupées. Idéalement, vous voulez avoir la possibilité de consulter les tests effectués sur les huiles et savoir d’où elles proviennent et les tests qui ont été effectués dessus. Investir « bon marché » dans les huiles essentielles est un mauvais choix : vous risquez d’avoir des réactions indésirables ou … aucun effet du tout !

2.

Les huiles essentielles ne devraient JAMAIS être utilisées DANS les yeux, le nez ou les oreilles (conduit auditif). En cas d’accident, diluez avec de l’huile végétale, non de l’eau.

3.

Les huiles essentielles d’agrumes sont photosensibles. Cela signifie que lorsqu’on les applique sur la peau, on ne peut absolument pas s’exposer au soleil durant les 12 à 15h qui suivent. Au risque d’être brûlé(e). Attention si vous utilisez des synergies (mélanges d’huiles essentielles) qui contiennent des agrumes. Voici la liste des huiles et synergies photosensibles chez doTERRA :

  • AromaTouch®, Bergamot, doTERRA Air/Easy Air®, doTERRA Cheer®, Citrus Bliss®, Cumin, Elevation, doTERRA Forgive®, Grapefruit, InTune®, Kumquat, Lemon, Lime, doTERRA Motivate®, doTERRA On Guard®, Purify, Slim & Sassy®, Tangerine, Wild Orange et Zendocrine

4.

Dans le doute, diluez toujours les huiles essentielles avec une huile porteuse (coco fractionnée, argan, amande douce, jojoba, etc.). Certaines huiles peuvent s’utiliser pures sur la peau mais vous verrez qu’elles fonctionnent tout aussi bien diluées (en plus, vous les garderez plus longtemps !) et, de cette façon, vous éviterez d’éventuelles irritations. 

5.

Less is more ! Pensez à les intégrer dans votre mode de vie, de façon constante et à doses homéopatiques. Il n’est nullement suggéré d’utiliser 4-5 gouttes à la fois. Plutôt une goutte, mais plus régulièrement.

6.

Toutes les huiles essentielles ne peuvent pas être utilisées avec les bébés et les animaux. Elles peuvent être un magnifique outil mais à utiliser avec parcimonie et TOUJOURS diluées abondamment. Voir plus bas pour plus de détails. Personnellement, c’est Cécile Ellert qui m’a vraiment rassurée sur l’utilisation des huiles essentielles avec les touts-petits. Pour les animaux, doTERRA travaille avec des vétérinaires pour venir avec des consignes de sécurité solides (voir plus bas également).

7.

Si vous faites une réaction à une huile essentielle, arrêtez immédiatement de l’utiliser. Certaines peuvent être allergènes et provoquer des réactions chez certaines personnes. 

Ci-dessous, accédez au livre de chimie des huiles essentielles doTERRA (il est en anglais, et c’est de la chimie !! Mais ce sera votre super référence pour savoir de quelle façon vous pouvez les utiliser grâce aux petits pictos !).

La dilution & les enfants

Je vous partage ici les recommandations de Cécile Ellert :

 

« Massage local avec 5 ml de base (une cuil à soupe). J’insiste bien sur le mot Local : limitez-vous à une zone limitée du corps, plusieurs fois par jour si vous voulez, donc sur une zone douloureuse, sur une brûlure, sur un eczéma, contre l’arthrite des mains, contre les rides, contre la toux, pour dégager les sinus…. En ce qui concerne la base qui sert à diluer l’huile essentielle, j’en parle plus bas.

MASSAGE BÉBÉ

Bébé jusqu’à 3 ans : 2 gouttes d’huile essentielle pour 5ml. 4 gouttes d’huile essentielle dans 10 ml, 6 gouttes dans 15ml, etc… ce qui vous donne la possibilité d’assembler un assortiment d’huiles essentielles différentes pour créer une synergie thérapeutique. Conservez simplement le ratio 2 gouttes par 5ml.

Enfant jusqu’à 10 ans : 3 gouttes d’huile essentielle dans 5 ml de base. Même principe de dilution que pour les bébés. Conservez simplement le ratio de 3 gouttes par 5 ml.

Adulte: 5 gouttes d’huile essentielle dans 5 ml de base.

  • Massage intégral : ces dilutions vous permettent de masser le corps entier. Il n’y a pas de limite à la durée du massage ni à la quantité d’huile utilisée : ce qui n’aura pas été utilisé par l’organisme sera rejeté par les émonctoires facilement puisqu’il s’agit de produits naturels, vivants, non encrassants.

  • Il ne s’agit pas de médicaments chimiques dont vous avez à craindre la surdose et les effets secondaires. Profitez-en.

Bébés jusqu’à 3 ans : 1 goutte d’huile essentielle par 5 ml de base. Si vous souhaitez utiliser un assortiment d’huiles essentielles, ajoutez 5 ml de base par goutte.

Par exemple : 1 goutte d’huile essentielle de lavande, 1 goutte d’huile essentielle de thym, 1 goutte d’huile essentielle de palmarosa dans 15 ml de base, le tout conservé dans un flacon de 20 ml, servira à donner plusieurs massages du corps entier à un bébé qui tousse la nuit, plusieurs jours de suite.

Enfants de 3 à 10 ans: 2 gouttes d’huile essentielle par 5 ml de base. 4 gouttes dans 10 ml de base, 8 gouttes dans 20 ml de base.

Adulte: 10 gouttes d’huile essentielle dans 20 ml de base.

Précision importante : ces règles de dilution ne doivent pas vous stresser. Une ou deux gouttes d’huile essentielle de plus ne vont pas provoquer une catastrophe ! Cela aura toujours moins de conséquences que de donner un cachet d’aspirine, un laxatif ou un antalgique à la codéine! Alors, relax ! L’important est le choix de l’huile essentielle qu’on va appliquer. Certaines ont vraiment besoin d’être très diluées, d’autres pas du tout parce qu’elles n’irritent pas du tout la peau. Je vais vous donner un palmarès des huiles en fonction de leur pouvoir irritant, pour vous aider dans vos choix. »

>> Lien vers l’article

les animaux

Ici, je me base sur les recommandations du Dr Janet Roark, vétérinaire, qui travaille avec les huiles essentielles doTERRA.

// Il est ESSENTIEL de diluer +++ les huiles avec les animaux (voir tableau de dilution ci-dessous)
\\ N’appliquez pas d’huiles essentielles sur la peau (topiquement) sur un animal mouillé.
// Pour les chevaux, n’appliquez PAS au niveau de la selle avant de la monter.
\\ Observez la réaction de votre animal une fois que vous lui appliquez des huiles essentielles.
// Lorsque vous diffusez, laissez toujours les portes ouvertes afin qu’il puisse s’échapper si l’odeur l’incommode.

Huiles à éviter avec les chats


Huiles à éviter topiquement et en interne avec les chats : Basilic, huiles d’agrumes (bergamote, pamplemousse, citron, citron vert, orange, mandarine), bouleau, cannelle, clou de girofle, aneth, fenouil, melaleuca (arbre à thé), origan, menthe poivrée, thym, romarin, menthe verte et gaulthérie.

Huiles à éviter avec les chiens


Huiles à éviter par voie topique et interne chez les chiens : Bouleau, Melaleuca (Tea Tree) et Wintergreen. Soyez prudent avec les huiles chaudes telles que l’origan, la cassia, la cannelle, le clou de girofle, le romarin et le thym.

Guide de dilution huiles essentielles animaux

interactions avec les médicaments

En règle générale, on mentionne toujours : 1. de consulter un professionnel de la santé avant d’utiliser les huiles essentielles, en cas de condition de santé particulière.
2. d’attendre 2h avant et après la prise de médicament afin que celui-ci ait le temps d’être métabolisé par le foie.

Certaines huiles essentielles sont hormon-like, à éviter en cas de cancer hormono-dépendants (Ciste, Cyprès de Provence, Genévrier, Myrte Rouge, Thym à thujanol, Verveine Odorante >> seul le cyprès est disponible chez doTERRA. Le Thym que nous avons est un autre chémotype)

D’autres sont oestrogen-like : Basilic, Camomille Sauvage, Camomille Matricaire, Cèdre de l’atlas, Criste Marine, Fenouil Doux, Hélichryse de Madagascar, Menthe Poivrée, Menthe Verte, Muscade, Nard de l’Himalaya, Niaouli, Patchouli et la Sauge Sclarée >> chez doTERRA, il y a la Sauge Sclarée, le Menthe poivrée et verte, le Nard (Spikenard), le fenouil et le Basilic).

Interférence avec les anticoagulants : les personnes qui prennent régulièrement des anticoagulants tels que l’aspirine, l’héparine, la warfarine, etc. et celles qui ont des problèmes de saignements devraient éviter l’utilisation des huiles suivantes le bouleau, la cannelle, le clou de girofle, les sapins, l’hélichryse, le laurier noble, la muscade, l’origan et la gaulthérie. 

L’huile essentielle de pamplemousse, contrairement au jus de pamplemousse, peut être utilisée par les personnes prenant des anxiolytiques et des statines car ce qui inhibe l’enzyme CYP3A4 (qui métabolise ces médicaments) est le Dihydroxybergamottin, qui se trouve dans le jus mais pas dans l’huile essentielle.

Pour un guide plus complet sur les interactions possibles entre les médicaments et les huiles essentielles, accédez ici au document.

Partage cet article
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email